Souffrance en France : la banalisation de l'injustice sociale
.
Points Ed. du Seuil, Paris, (2000)

Les Français souffrent et ne le disent pas. Comment faisons-nous pour tolérer le sort des chômeurs et des « nouveaux pauvres » ? Et comment parvenons-nous à accepter sans protester des contraintes de travail toujours plus dures, dont nous savons pourtant qu’elles mettent en danger notre intégrité mentale et physique ? Christophe Dejours, spécialiste du travail, découvre à l’origine de ce consentement silencieux la peur et la honte. Il révèle comment, pour pouvoir endurer la souffrance sans perdre la raison, on se protège. À la lumière du concept de distorsion communicationnelle de Jürgen Habermas et de celui de banalité du mal d’Hannah Arendt, il met au jour le processus qui fonctionne comme un piège. Alors la souffrance devient impensable. Et l’injustice sociale banalisée… Christophe Dejours Psychiatre, psychanalyste, professeur au Conservatoire national des arts et métiers et directeur de l’équipe de recherche « Psychodynamique du travail et de l’action ». Édition augmentée d’une préface et d’une postface
  • @gdmcbain

распределение оценок
средняя оценка пользователей5,0 из 5.0 на основе 1 рецензия
  • userPicture
    год назад (последнее обновлениегод назад)
Пожалуйста, войдите в систему, чтобы принять участие в дискуссии (добавить собственные рецензию, или комментарий)